TOURNAI : DES CRITIQUES CONCERNANT LES SANS-ABRI

 

Question de M. Paul-Olivier Delannois à la secrétaire d'État à la Lutte contre la pauvreté, à l'Égalité des chances, aux Personnes handicapées, et à la Politique scientifique, chargée des Grandes Villes, adjointe au ministre des Finances, sur "la mise en place du Plan Grand Froid à Tournai"

Paul-Olivier 2 copie 2.jpgPaul-Olivier Delannois (PS): Madame la présidente, madame la secrétaire d'État, l'année dernière, la mise sur pied du Plan Grand Froid à Tournai a connu quelques difficultés. En effet, depuis des années, c'est la caserne Saint-Jean qui accueillait les SDF durant la nuit en saison hivernale. Or, l'année dernière, la caserne ayant été réquisitionnée pour accueillir les migrants, l'hébergement des sans-abri au sein du block BM9 de la caserne n'a pu se faire.

Une solution a dû être trouvée en urgence par la Ville de Tournai, via son CPAS, qui a fourni un bâtiment pour l'accueil des sans-abri. Cette solution fut prise à cause d'un manque criant de réponse de votre part, malgré les promesses faites à l'époque par le gouvernement.

La Défense nationale avait en effet promis que les SDF seraient hébergés à la caserne Saint-Jean à la suite d'échanges qu'elle avait eus avec le Relais Social Urbain de Tournai.

Par ailleurs, le 6 octobre 2015, M. Francken m'assurait que la problématique de l'hébergement des SDF de Tournai pour le Plan Grand Froid était à son agenda et qu'il avait d'ailleurs évoqué ce sujet avec vous avant la prise de décision quant à l'affectation à la caserne des demandeurs d'asile. La note du Conseil des ministres du 7 août 2015 précisait en outre qu'une solution à cet égard serait cherchée entre votre cabinet et ceux de MM. Francken et Vandeput.

Madame la secrétaire d'État, le bâtiment fourni par le CPAS de Tournai et servant à accueillir les sans-abri l'année dernière dans le cadre du Plan Grand Froid est aujourd'hui mis en vente dans le cadre de la restructuration du Centre hospitalier de Wallonie picarde (Chwapi).

Une autre solution doit donc être trouvée et, comme le dit l'adage, "gouverner, c'est prévoir". J'estime donc qu'il est plus que temps d'agir.

Madame la secrétaire d'État, ma question sera très simple. Respecterez-vous, ainsi que le gouvernement, les promesses tenues l'année dernière? Serez-vous proactive dans la recherche d'une solution pour l'hébergement des sans-abri durant le prochain hiver à Tournai?

Elke Sleurs copie 2.jpgElke Sleurs, secrétaire d’Etat : Madame la présidente, monsieur Delannois, nous avons récemment eu, lors de la 3e session de la 54e législature, l'occasion d'échanger au sujet de l'accueil des personnes sans abri durant la période hivernale. Tout comme à cette occasion-là, je vous rappelle que l'accueil hivernal local de Tournai ne relève pas de nos attributions, mais que nous soutenons l'accueil de première ligne dans les cinq grandes villes suivantes: Gand, Anvers, Liège, Charleroi et Bruxelles.

Dans ce cadre, nous attribuons des subventions pour un montant de 50 000 euros par ville. En outre, nous soutenons également l'accueil de deuxième ligne à Bruxelles. Dans ce cas précis, j'octroie plus d'un million d'euros à l'ASBL Samusocial pour l'accueil de maximum 300 personnes sans abri par nuit durant la période hivernale.

Selon mes informations, en Région wallonne, le Plan régional Grand Froid est le dispositif de référence pour l'accueil des personnes sans abri. À la ville de Tournai, c'est le Relais social de Tournai qui en est le coordonnateur.

Je ne peux que vous suggérer de vous tourner vers ces acteurs car, compte tenu de la taille exceptionnelle de la crise de l'asile à ce moment et des difficultés pour trouver des endroits d'accueil appropriés, il me semble logique que mon collègue, secrétaire d'État, soit resté en concertation avec autant d'entités que possible. Cela ne change rien au niveau des compétences vis-à-vis de l'organisation de l'accueil hivernal pour les sans-abri.

Par ailleurs, en ce qui concerne l'accueil des demandeurs d'asile, je vous suggérerai de vous adresser à mon collègue en charge de ce dossier, c'est-à-dire M. le secrétaire d'État Francken.

Paul-Olivier Delannois (PS): Madame la secrétaire d'État, je pense que vous n'avez pas très bien compris ma question.

M. Francken, l'année dernière, nous a communiqué son intention d'installer des migrants dans la caserne, tout en spécifiant qu'une solution sera trouvée pour les sans-abri à Tournai. Dans votre réponse, vous mentionnez tout ce que vous faites ailleurs sauf à Tournai.

Des promesses ont été avancées par M. Francken. Il vous a également citée. Dans ce dossier, on souffle le chaud et le froid, mais le chaud, c'est plutôt le chaud politique. En effet, après M. Francken et vous-même, il faudrait peut- être aussi ajouter Mme Marghem qui a systématiquement signalé que des solutions seraient trouvées et que nous n'allions certainement pas occasionner des frais à la Ville de Tournai.

J'entends simplement que, depuis toujours, ce ne sont que promesses et paroles. Vous n'en avez rien à faire de ce qui se passera l'année prochaine, en tout cas par rapport au gouvernement fédéral, sur Tournai.

Comme d'habitude, je pense avoir intérêt à chercher une solution par moi-même plutôt que d'attendre une initiative de votre part. Il est vraiment très désagréable de constater que vous n'honorez pas vos promesses, comme si vous n'aviez jamais rien dit. Vous rendez-vous compte que les pouvoirs locaux sont de plus en plus étouffés financièrement? Vous en rajoutez systématiquement une couche en faisant des promesses en l'air. J'en prends bonne note et je le regrette bien évidemment.

Les commentaires sont fermés.