PROGRES

  • De la 3D innovante à Bailleul (Fr) !

     

    3D.jpg

    C’est tout nouveau, l’activité a démarré dans la zone industrielle de la Blanche Maison en même temps que le printemps. L’initiative en revient à Santo Petranto, habitant de Bailleul depuis les années 70, qui a la fibre pionnière et créatrice.

    Il était l’un des premiers occupants de la zone indus­trielle avec l’entreprise « Focus industries » spéciali­sée en mécanique, protection incendie et tuyauterie. Quelques années plus tard, au moment où d’autres pensent à la retraite, il a traversé la rue pour donner une dimension industrielle à l’une de ses passions, l’informatique et l’impression 3D.

    Unique au nord de Paris

    Cette technique n’est pas nouvelle puisque les premières réalisations datent de la fin du siècle dernier (on pense notamment aux prothèses médicales). Mais l’entreprise « 3D FT Lab » a ceci de très particulier qu’elle est la seconde en France, et la seule au nord de Paris, à posséder une imprimante capable de fabriquer et de reproduire des objets dont la dimension peut atteindre 1m3 ! Inutile de vous dire que cette imprimante high-tech coûte quelques dizaines de milliers d’euros. Elle permet aussi de fabriquer des pièces originales ou insolites, telles que des tabourets design. Une deuxième imprimante, de la taille de celle que vous avez peut-être chez vous, est capable quant à elle de fabriquer de plus petites pièces. L’entreprise de pâtisserie « Aux Merveilleux de Fred », implantée elle aussi à Bailleul et dont le rayonnement est désormais mondial, a ainsi fait réaliser ses porte-étiquettes sur cette machine. Enfin, si vous voulez faire à l’un de vos proches le cadeau somptueux d’un buste à son effigie, vous pouvez remplacer le ciseau du sculpteur par une impression 3D !

    Une bobine comme clé du succès

    Parlons un peu technique... Habituellement, pour fabriquer un objet, on prend de la matière, que l’on découpe, façonne et assemble. Rien de tout cela en 3D ! Schématiquement, vous prenez une bobine de fil plastique ; ce fil se déroule, est chauffé à 200 de­grés pour fondre, puis il se déverse sur un support lui-même chauffé à 60 degrés, et forme par strates successives l’objet selon la forme exacte que lui a in­diquée l’ordinateur.

    . Afin de développer son activité naissante, Santo Petranto s’est affilié à un groupement d’intérêt économique. Il a également créé sa page facebook et son site (3dft-lab), et se fait connaître par les médias : 3D FT Lab était par exemple l’entreprise du mois de France Bleue. Côté carnet de commandes, des initiatives intéressantes pourraient voir le jour comme la reproduction de statues ou de pièces de musée pour les populariser à l’extérieur, ou la reproduction en relief de monu­ments sur les panneaux touristiques à usage des non-voyants. L’innovation pour servir le quotidien !

    Contact : 3dft-lab.fr