LITTERATURE

  • L'équipe de La Procure vous propose quelques moments importants

     Claudine Tondreau copie2.jpgClaudine Tondreau, auteur belge, présentera son livre: L'Adorante le jeudi 16 février 2017, à 18h30 (Bruxelles dans les années quatre-vingt-dix).

     

     ©babelio

    "Deux femmes travaillent dans le même bureau des Institutions Européennes. L’une d’elle (la narratrice) est belge. Son compagnon est parti pour la Patagonie, alors qu’elle a la responsabilité de leurs enfants et d’une grande maison ruineuse.
    L’autre, Hildegarde, est allemande. Elle souffre d’une étrange maladie : elle ne supporte plus la lumière. Consciente de la disparition progressive d’Hildegarde, la narratrice décide d’écrire sur son évanescente amie. Ainsi s’élabore dans une sorte de ferveur ce qui ressemble à une enquête sur l’Adorante.
    Qui est cette femme en cours de métamorphose, dont le passé fut marqué par la guerre, par une relation incestueuse avec son frère, par un mariage arrangé et la mort de son enfant ?"

     

    Samedi 18 février de 16h00 à 17h00
    Contes ayant pour thème
    l'amitié.
    Petits et grands sont les bienvenus

     

    François-Xavier Nève.jpg François-Xavier Nève présentera son livre: Chrétiens crétins?

    Le jeudi 16 mars 2017 à 18h30, Philippe SOLLERS a déclaré début 2016 lors d’un entretien au Point : « Dieu […] n’existe pas, sauf pour des abrutis fanatiques… »

    Autrement dit : il resterait quelques débiles pour croire à leur illusion.

    Aujourd’hui, autour de nous, il est de bon ton de donner le coup de pied de l’âne aux chrétiens. Le dernier carré de « crétins », assommés par le renoncement des clercs et le triomphe des sciences et des techniques, semble incapable de réagir. À bon compte, on passe pour un esprit fort, libre et scientifique.

    Souvent l’espérance chrétienne grince ou coince parce qu’on n’en connaît pas le contenu ou qu’on le comprend de travers. L’auteur éclaircit le problème de la souffrance et l’horreur de la mort, trous noirs les plus fréquents. Il montre que le big bang et l’Évolution rendent l’Histoire naturelle chaque jour plus compatible avec l’Histoire sainte.

     

    La Procure,  22, Rue des Maux, 7500 Tournai. Tél. 069/23.59.70

  • Rencontre avec Jean Marc Ceci

    AUJOURDUI 10 NOVEMBRE

     
    Conférences Rencontre avec Jean Marc Ceci
     
    Jean Marc Ceci, auteur belge a publié chez Gallimard un roman intitulé "Monsieur Origami"

    Aujourd'hui, jeudi 10 novembre, de de 18h30 à 20h, la Librairie La Procure, rue des Maux à Tournai, organisera  la Rencontre avec Jean Marc Ceci suivi d'une séance de dédicaces.
     
    À l'âge de vingt ans, le jeune Kurogiku tombe amoureux d'une femme qu'il n'a fait qu'entrevoir et quitte le Japon pour la retrouver. Arrivé en Toscane, il s'installe dans une ruine isolée où il mènera quarante ans durant une vie d'ermite, adonné à l'art du washi, papier artisanal japonais, dans lequel il plie des origamis. Un jour, Casparo, un jeune horloger, arrive chez Kurogiku, devenu Monsieur Origami. Il a le projet de fabriquer une montre complexe avec toutes les mesures du temps disponibles. Son arrivée bouscule l'apparente tranquillité de Monsieur Origami et le confronte à son passé. Les deux hommes sortiront transformés de cette rencontre.
    Ce roman, d'un dépouillement extrême, allie profondeur et légèreté, philosophie et silence. Il fait voir ce qui n'est pas montré, entendre ce qui n'est pas prononcé. D'Une précision documentaire parfaite, il a l'intensité d'un conte, la beauté d'un origami.
     
    Renseignements complémentaires
    Téléphone: 069 23 59 70
    Entrée gratuite
    Internet: https://www.facebook.com/laprocuretournai/
    Enregistré par:Joel Braem 

  • PASCALE ET L'ESPOIR

    L’espoir tue

     Pascale belle copie 2.jpgL’espoir tue. On dit pourtant que l’espoir fait vivre. Archi-faux. Imaginez que votre conjointe tombe gravement malade. On vous annonce que la tumeur au cerveau est irréversible. Mais gardez espoir, madame ; on a déjà vu des cas de rémission spontanée. Et voilà, c’est dit, le mot est lâché, il va s’insinuer et vous laisser croire que c’est possible. Si vous êtes croyant – et même si vous ne l’êtes pas - vous vous jetez à cœur perdu dans la prière : Mon Dieu, faites que…. alors de deux choses l’une : votre épouse guérit et vous dites – à tort – que vous avez eu bien raison d’espérer. Mais si en revanche, elle s’achemine dans la souffrance vers une mort inéluctable, la douleur n’en sera que plus forte et là, merci l’espoir !

    Sans donner dans le dramatique, on peut constater ses ravages dans bien d’autres domaines. Tu dois passer des examens ? Croisons les doigts ! Tu cherches un boulot ? Pourvu que tu en trouves un bien vite ! Tu te maries ? Portons des œufs à Sainte-Claire (c’est comme ça chez nous) pour qu’il fasse beau…à moins qu’avec toute notre prétention d’être humain nous nous adressions encore au Très-Haut : « Faites que je réussisse, que le soleil brille, que je retrouve mes clés… », vive le distributeur du Paradis !

    Chaque fois, cet espoir insidieux…Récompensé, vous l’adulez ; déçu, il vous tue. Pessimiste, moi ? Non, au contraire. Ne pas se faire d’illusion, telle est ma devise ; ainsi, je ne serai pas déçue… Enfin, plus facile à dire qu’à faire, car en fait, je joue à ne pas avoir d’espoir, mais il se glisse en moi, je le fais taire, mais il est là, il s’étale même dans mes divagations ou mes rêves : « et si ceci arrivait ou cela, comme ce serait bien… » Si ce n’est pas de l’espoir, ça… ! Enfin, avec l’habitude, on peut peut-être le vaincre. Ne rien vouloir, ne rien souhaiter, c’est peut-être ça, le nirvana…

    Bref, rien ne sert d’espérer, il faut mourir à point !