- Page 5

  • OU IL EST ENCIRE QUESTION DU PONT DES TROUS

     

    QUESTION ORALE DE MME WAROUX A M. DI ANTONIO, MINISTRE DE L'ENVIRONNEMENT, DE LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE, DE L'AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, DES TRAVAUX PUBLICS, DE LA MOBILITÉ, DES TRANSPORTS, DU BIEN-ETRE ANIMAL ET DES ZONINGS, SUR « LA DÉMOLITION DU PONT DES TROUS A TOURNAI »

     

    Véronique Waroux 11 copie 2.pngMme Waroux (cdH). - Monsieur le Ministre, alors que les travaux d’élargissement de l’Escaut ont débuté à Tournai en avril, travaux qui ont toujours été soutenus par les autorités tournaisiennes, le bourgmestre empêché de Tournai s’est récemment fendu d’une déclaration surprenante, selon laquelle il ne serait pas question de toucher au Pont des Trous sans un signal positif du côté français concernant le canal Seine Nord. Je ne sais pas si c'était une question de campagne électorale 2018, mais c'est assez étonnant comme déclaration. À une question que je lui adressais sur les incertitudes de l’Hexagone, votre prédécesseur pour ces compétences, en avril dernier, me répondait que : « Les représentants de la France ont assuré que de manière globale, tous les signaux d’avancée étaient au vert et que le calendrier serait respecté. Il n’y a dès lors pas d’inquiétude à avoir ». Dans une autre réponse, il précisait que le cofinancement européen pour ce dossier impose que le chantier aboutisse pour 2020.

    - Avons-nous toutes les garanties que la France exécutera les travaux permettant de valoriser le chantier de grande ampleur d’élargissement de l’Escaut à Tournai ? Votre prédécesseur avait indiqué en juillet dernier avoir adressé un courrier au Ministre de la Transition écologique et solidaire. Disposez-vous de sa réponse ? Si ce n’était le cas, comptez-vous le relancer rapidement ?

    - Les autorités communales de Tournai ont-elles encore la possibilité administrative d’empêcher la démolition du Pont des Trous ? Il me semble que oui puisque la demande de permis avait été postposée.

    - Si le Pont des Trous devait rester intact, quelle serait encore la pertinence de l’élargissement ? Les arguments de sécurité, sans permettre le passage de bateaux plus larges, suffiront-ils à convaincre l’Europe ? Il faut rappeler que l'on devait casser le Pont des Trous pour 90 centimètres. Le risque n’est-il pas de devoir rembourser les crédits ?

    - La Région wallonne est-elle toujours prête à financer ces travaux sans bénéficier d’une voie navigable accessible à de plus gros gabarits ? Pouvez-vous nous rappeler le montant global de ces travaux, la part de la Région wallonne, la part de l’Europe, ainsi que la part spécifique pour les compensations urbanistiques ? Ce budget sera-t-il suffisant ? Je continue à penser que 29 millions d’euros, c'est ce qui nous était annoncé, 12 millions pour les travaux hydrauliques et 17 millions pour les compensations urbanistiques, me semblaient personnellement trop faibles.

    Carlo di Antonio.jpgCarlo Di Antonio, Ministre, Madame la Députée, l'élargissement de l'Escaut dans la traversée de Tournai fait partie du dossier global « Seine Escaut » qui est soutenu par l'Europe et est important pour le développement économique de la Wallonie en général et de la Wallonie picarde en particulier.

    En ce qui concerne le volet français, je ne peux bien sûr pas m'engager au nom du Gouvernement français ni des collectivités territoriales françaises. Les Assises de la mobilité viennent de s'ouvrir à Paris et elles devraient – nous l'espérons – permettre de voir plus clair dans les choix politiques qui seront posés par le Gouvernement français, notamment dans la programmation budgétaire. Je tiens à signaler aussi l'initiative lancée par les collectivités territoriales des Hauts de France, relayée par la presse récemment et qui pourrait être susceptible de lever le verrou de trésorerie qui semble poser souci à l'échelle du Gouvernement français. Ceci étant dit, permettez-moi de vous rappeler le courrier que les Ministres-Présidents wallons et flamands ont adressé au Premier ministre français il y a quelques semaines, de même que le courrier adressé par mon prédécesseur, le 23 juillet dernier, au Ministre français de la Transition écologique. La position belge, à travers ces différents courriers, a bien été exprimée. Je n'ai pas eu de réponse actuellement, mais j'en espère une prochainement.

    En ce qui concerne plus spécifiquement la procédure administrative liée au dossier du Pont des Trous, c'est bien la phase 4 ici qui est en question, le conseil communal de Tournai devrait se positionner sur une modification du plan d'alignement. Actuellement, la teneur de cette décision n'est pas encore connue. Ce sera l'occasion, au-delà des discours, de poser un acte, puisque le conseil communal devra modifier ou pas le plan d'alignement. La demande de permis d'urbanisme de cette phase 4 sera introduite dans les prochaines semaines par l'administration, donc autre étape pour le conseil communal, outre le plan d'alignement, il y a le permis d'urbanisme.

    Le risque de devoir rembourser les crédits européens existe bel et bien si l'achèvement des travaux n'a pas lieu dans les temps impartis par la programmation RTET. C'est un élément qu'il convient de ne pas perdre de vue au-delà des arguments de sécurité de la navigation à l’endroit du quai Saint-Brice. Le chantier intègre le remplacement d'un ouvrage d'art vieillissant, le Pont-à-Pont, et d'importantes mesures d'accompagnement pour la Ville de Tournai. En effet, plus de 50 % du budget global sera consacré aux aménagements connexes et à l'embellissement des perspectives urbaines le long de l'Escaut. Au total et en plus des quais, Quais des Salines, Marché aux Poissons et Dumont, qui ont déjà fait l'objet d'une rénovation. C'est toute la traversée de la ville qui va connaître un lifting sans précédent et, avouons-le, relativement bienvenu.

    Plus globalement, il s'agit d'un projet d'envergure. La mise à gabarit à la classe 5A dans la traversée de Tournai s'intègre dans le Plan wallon de développement du transport de marchandises par les voies navigables même indépendamment du volet français. Il y a un véritable intérêt économique pour les entreprises utilisatrices de la voie d'eau. Rien qu'en Wallonie Picarde, ce sont quelque 5 000 emplois directs identifiés dans ces sociétés. Celles qui exploitent les terminaux multimodaux de Vaux, Pecq, Ghlin, pour ne citer que ceux-là. Ce projet contribue, parmi d'autres, sur nos voies navigables a la réalisation des défis environnementaux majeurs qui nous préoccupent et devrait préoccuper chacun. Il s'agit d'un choix et d'un enjeu de société en 2016 avec 40 millions de tonnes de marchandises transportées en Wallonie par voie d'eau. Ce ne sont pas moins de deux millions de poids lourds qui ont été enlevés de nos routes et autoroutes. Par rapport à la route, le transport fluvial émet trois fois moins de CO2, 45 fois moins de bruit et est 100 à 300 fois plus sûr. Nous devrions être tous convaincus de l'intérêt d'un report modal croissant du transport de la route vers nos fleuves.

    Enfin, pour terminer, ce chantier et ses quatre phases reposent sur un budget de 36,9 millions d'euros, cofinancé à hauteur de 40 % par l'Union européenne et 60 % par la Wallonie. Le budget tel qu'il est planifié actuellement est suffisant pour réaliser les aménagements prévus.

    Mme Waroux (cdH). - Le budget a augmenté par rapport aux derniers chiffres que je possédais. Il n'empêche que dès que l'on touche à l'eau et que l'on fait des travaux hydrauliques d'ampleur comme cela, on craint toujours des complications. Je reste extrêmement prudente et même sceptique par rapport à ce montant « volet hydraulique ». Le risque de devoir rembourser, c'est un élément qui est fondamental. Tous ceux qui ont lancé des projets « fonds Feder » savent très bien qu'il y a une très grande exigence quant au respect des délais et quant au projet annoncé. Si l’on se retrouve avec le goulot maintenu du Pont des Trous, cela risque de poser problème. Vous parliez du lifting apporté, personnellement, j'avais trouvé que l'on était un peu passé à côté d'une très belle occasion de s'inspirer de Courtrai et de faire des aménagements de bien plus grande qualité sur les abords du quai de l'Escaut, avec notamment la rive droite qui est orientée « soleil » et qui pouvait faire l'objet d'aménagements plus ambitieux.

  • Forum financier

     

    Forum financier 22.11.jpg

    Bonheur et performance au travail : les clés du meilleur employeur de Belgique

     

    Le Forum financier de Mons-La Louvière a le plaisir de vous inviter à la conférence que donnera

    Salvatore CURABA, CEO EASI

    Forum 2.png

    le jeudi 19 octobre 2017, à 18h15 précises

    Centre de Compétence Forem Logistique

    Boulevard de la Technicité 1 - Zoning de Garocentre - HOUDENG-GOEGNIES

    Meilleur employeur de l'année 2015, 2016 et 2017 (Vlerick), finaliste pour le prix de « l'Entreprise de l'Année 2015 » (EY), nominé au titre de « Manager de l'année 2014 » et HR Team of the year : Salvatore CURABA, fondateur et CEO de EASI, nous livrera ses clés du succès de l'entreprise. Cet ancien footballeur professionnel, devenu chef d'une entreprise de 170 collaborateurs répartis sur 3 sites, nous fait l'honneur d'animer notre Forum.

    Il nous présentera les ingrédients qu'il a utilisé, pour construire un bonheur durable chez ses collaborateurs. Il nous dévoilera également pourquoi 1 collaborateur sur 4 a décidé d'investir ses économies pour devenir actionnaire.

    Le verre de l'amitié clôturera cette soirée.

    La participation aux frais est fixée à €13 (gratuit pour les étudiants et les enseignants les accompagnant) à virer au compte  IBAN BE56 1000 0987 0388 du forum financier de Mons-La Louvière.

    (en communication: 19.10.17 + votre nom).

     

    Merci de confirmer votre participation en cliquant l’une de ces images, en y incluant éventuellement une question pour l’orateur. :

                        Participe.png 

    Participe 3.pbg.png

    Participe 2.png

     

  • Europole Tour franco-belge

    Europole tour.jpg