• La Ville de Tournai aide et soutient les nouveaux commerçants

    Après deux précédentes créations, une nouvelle aide au commerce se met en place

    DSC_5976 copie 2.jpg

    DSC_5977 copie 2.jpg

    2041996668.JPG

    Déjà, en 2016, l’ASBL Centre Ville, aidée par la Ville de Tournai,  lance sur Fonds propres CREACOM dont l’objectif est d’apporter une aide plafonnée à 12.000 € par an pour le loyer aux nouveaux commerçants qui s’installent dans une cellule vide de l’hypercentre ville, une première en Wallonie.

    En 2017, la Région wallonne lance CREASHOP lançant l’invitation aux communs qui voudraient en bénéficier et faire bénéficier de nouveaux commerçants. Par ses connaissances, Tournai est acceptée et peut apporter une aide à l’aménagement pour les nouveaux commerces à raison de 6000 € maximum sur base de factures .

    Encore faudrait-il aider aussi à la revitalisation commerciale pour les commerces existants. « Il est bien entendu qu’il était impossible de donner une enveloppe à chaque commerçant, commente Ludivine Dedonder, le budget ne l’aurait pas permis ». La solution est apparue : création de CREAPLUS qui concerne les commerces existants qui sont dans les difficultés et qui envisagent des changements comme, par exemple une délocalisation de leur magasin pour s’installer dans une rue plus commerçante ou dans un local mieux adapté pour leur produit, une transformation du magasin au niveau des vitrines pour attirer davantage la clientèle, changer en tout ou en partie la destination de leur commerce, créer un nouveau département, développer de nouveaux produits, trouver une nouvelle cible de marketing afin d’attirer un nouveau type de clientèle …

    Les personnes qui se retrouvent dans cette énumération non exhaustive et qui sont dans le centre-ville (intérieur des boulevards) peuvent déposer un dossier mais qui doit contenir un changement. Il faut bien entendu qu’il doit s’agir d’un commerce qui aura la possibilité d’être récurrent, tant du plan financier que la viabilité du projet.

    Le comité, dont la gestion centre-ville est représentée comme pouvoir subsidiant et comme conseil, , constitué à cet effet veille à donner tous renseignements qui aident le commerçant dans ses choix.

     

    Ludivine Dedonder insiste également sur le caractère original et innovant. Plusieurs critères interviennent :  par exemple, comment le commerçant va-t-il  satisfaire les attentes du consommateur, la qualité du commerce, les exigences du secteur, les qualités du design des modifications qui ont été apportées mais aussi le dynamisme du commerçant.

    Le comité se réunit une fois par trimestre. Bien sûr les dossiers doivent être déposés avant l’ouverture du commerce ! 

     

    Ludivine ne voulait pas passer outre des qualités mises en place pour les commerçants : « Il faut  savoir que 3 aides au commerce se sont mis en place. Ce n’est du jamais vu nulle part dans aucune région de Wallonie, aucune n’apporte autant de soutien financier ».

    Des chiffres : en résumé : le CREACOM aide au loyer, produit aujourd’hui 16 dossiers acceptés, donc 16 commerces qui se sont ouverts ou qui vont s’ouvrir.

     

    CREA PLUS : Deux objectifs : le soutien au commerce nouveau existant, faire en sorte que des commerces attractifs se créent. Deuxième objectif, c’est faire en sorte que des gens y passent. Des activités peuvent y contribuer : la brocante lancée l’année dernière est étendue cette année à la Place Paul-Emile Janson, elle est étendue aussi au nombre d’exposants, tous les 3èmes samedis du mois, « délivrez-vous» qui perdure le 4ème dimanche du mois à la Grand-Place, les chiffonnades, décorations, marché de St-Valentin, partenaire au Village provençal, le Petit Montmartre, le marché de Noël, les Mains vertes, les défilés de mode avec l’IPES.

    Les chèques accordés sont acceptés dans tous les commerces participants

    Ce week-end et le week-end prochain, appel a été lancé auprès d’Anne-Charlotte Beatse qui va se rendre chez les commerçants du Centre-Ville et s’entretenir avec eux. Elle distribuera 8 chèques de 50 € .

    DSC_5986 copie.jpg

     En outre, CREA PLUS a sa mascotte « Cee Tee l’abeille » qui se laissera photographier avec les enfants, les parents lors de leurs achats « Quand vous voyez l’abeille, allez près d’elle, faites-vous tirer en photo que vous mettez sur Facebook et vous pouvez gagner des Cee Tee chèques.

    Quant à Anne-Charlotte, elle s’est produite les 29 et 30 juin et continuera sa promenade les 6 et 7 juillet (braderie d’été) . L’abeille sera présente le 30 juin, le 6 et le 14 juillet mais aussi lors d’activités réalisées telle la brocante par exemple

    PARTIR - VENIR

     

    Depuis 2005, le taux de cellules vides était en progression.

    En 2016, 17,40% de cellules vides.

    En 2017, 16,23%

    et en 2018 (donc sur 6 mois) : 15,32 %, d’où petite régression.

    Pour les ouvertures de commerce, sur 2018 on compte 17 ouvertures de commerce contre 11 fermetures.

     En 2017,  sur 41 ouvertures, on a eu 27 fermetures.

    En 2016 : 40 ouvertures contre 18 fermetures.

     

    Voilà une mine de renseignements qui devraient permettre l’arrivée de nouveaux commerces et la préservation de commerces existants.

  • Fermeture Centre réfugiés St-Jean

    La semaine dernière, Paul-Olivier Delannois a interrogé le secrétaire d’Etat, Théo Francken, à propos de la fermeture du centre de réfugiés Saint-Jean à Tournai. 

    Question de M. Paul-Olivier Delannois au secrétaire d'État à l'Asile et la Migration, chargé de la Simplification administrative, adjoint au ministre de la Sécurité et de l'Intérieur, sur "la fermeture du centre de réfugiés à Tournai" 

    Paul-Olivier 2 copie 2.jpgPaul-Olivier Delannois (PS): Monsieur le président, monsieur le secrétaire d'État, le 24 avril dernier, je vous ai interrogé en commission afin d’avoir des informations sur la fermeture annoncée du centre de réfugiés à la caserne Saint-Jean à Tournai. Pour rappel, cette décision fut prise sans concertation avec la Croix-rouge qui est l’opérateur qui gère au quotidien différents centres, dont celui de Tournai.

    Dans votre réponse, vous m'avez indiqué qu'effectivement le planning de fermeture était en cours de préparation avec la Croix-rouge et qu’un planning de réduction progressive des résidents sera établi. Ce planning comporte, dans un premier temps, l'arrêt de la désignation de primo- arrivants à la structure d'accueil puis, dans un second temps, le départ naturel des résidents accueillis et enfin, l'organisation de leur transfert vers un autre centre d'accueil.

    Par ailleurs, en réponse à ma question relative à l'argent investi dans le centre, vous m'avez expliqué que de 2015 à 2017 compris, le coût du centre d'accueil de Tournai a été d'à peu près 14 millions d'euros.

    Voici mes questions:

    Pourriez-vous me dire quel est ou quels sont les organismes ayant financé ces 14 millions d'euros? Après la fermeture, le bâtiment devra-t-il être remis dans son pristin état?

    La Croix-rouge a récemment été informée que le centre devra fermer le 31 octobre prochain. Me confirmez-vous cette date?

    Comment pouvez-vous m’assurer que les enfants qui se trouvent actuellement au centre Saint-Jean ne seront pas impactés dans leur parcours scolaire? Pouvez-vous m’assurer que les familles seront transférées en juillet/août afin que le cycle scolaire ne soit pas cassé?

    Quels ont été les critères retenus pour choisir les centres qui fermeront ? Quand vont commencer les transferts des candidats-réfugiés de Tournai vers les autres centres ? Vers quels centres iront- ils ? Comment se fera le choix du nouveau centre ? Fera-t-il parti du même réseau ?

    Je vous remercie d’avance pour vos réponses.

    Théo Francken.jpgTheo Francken, secrétaire d'État: Merci monsieur le président. L'honorable membre trouvera ci-après la réponse à sa question.

    Fedasil est l'organisme subsidiant les frais liés à l'accueil des demandeurs de protection internationale. Contractuellement, le partenaire est responsable de la remise dans l'état original du bâtiment. Lors d'une fermeture, le partenaire doit s'entretenir avec le propriétaire pour s'accorder sur les modalités précises et l'organisation de la remise du bâtiment.

    Suite à la décision du Conseil des ministres, Fedasil a établi un plan de fermeture des centres concernés avec les partenaires de l'accueil. Suivant le planning actuel, les derniers résidents du centre de Tournai devraient quitter celui-ci avant le 30 septembre. La Croix-Rouge disposera alors d'un mois supplémentaire pour remettre le centre dans son état d'origine.

    Il est effectivement prévu, pour les familles avec enfants scolarisés, un départ pendant les vacances d'été, afin d'assurer leur inscription dans une école proche de leur nouvelle structure d'accueil. 

    Le plan de réduction du réseau d'accueil décidé par le Conseil des ministres inclut uniquement la fermeture des centres temporaires ouverts pendant la crise. Le planning des transferts est actuellement en cours. Ces transferts débuteront au mois de juillet et le choix du centre se fera sur la base de la disponibilité des places libres et des éventuels besoins spécifiques.

    Paul-Olivier Delannois (PS): Monsieur le secrétaire d'État, je vous remercie pour votre réponse. Il y a cependant une chose que je n'ai pas bien comprise. Vous avez dit que la Croix- Rouge devrait remettre le bâtiment en état. Est-ce correct? 

    Theo Francken, secrétaire d'État: Fedasil est l'organisme subsidiant les frais liés à l'accueil des demandeurs de protection internationale. Contractuellement, le partenaire est responsable de la remise du bâtiment dans son état original. 

    Pour Paul-Olivier Delannois, ce montant de 14 millions semble excessif et va prochainement interroger Théo Francken pour savoir si ce montant concerne exclusivement Tournai. Par ailleurs, une autre question sera adressée au ministre de la Défense, Steven Vandeput, afin de voir à combien revient la remise en état qui devrait être payée par la Croix-Rouge ? On se demande tout de même où est la logique dans le fait que ce soit à la Croix-Rouge qu’incombe la remise en état du bâtiment.