La dictée donnée lors des Olympiades 2018

  103 participants se sont essayés à la dictée des 23èmes Olympiades d'orthographe. La voici:

 

27540389_10215339716355670_951861386258571971_n.jpg


Portrait d'un écrivain catholique, sceptique, narcissique, agoraphobe, faux bouddhiste tibétain, courant le guilledou, souffrant de tachycardie et de chorée, et j'en passe et des meilleures...

Enfance et adolescence n'avaient ensuite étalé aucun baume sur sa vision du monde de nourrisson incapable de dominer des angoisses plus fortes que lui : celles de ses parents et celles d'une planète où l'avait accueilli une Deuxième Guerre mondiale en plein essor. Il n'était qu'un enfant quand il avait entendu raconter l'exécution de Mussolini, de sa maîtresse et des ministres fascistes qui l'accompagnaient dans sa fuite. 
À l'école, on lui avait parlé des combats de gladiateurs, suivis de la mort d'une partie des combattants : le mirmillon portait un casque surmonté d'un poisson, et affrontait un rétiaire qui lui lançait un filet sur la tête avant de le renverser à terre.
Dans les écoles religieuses qu'il avait fréquentées, ses camarades les plus impressionnables étaient persuadés qu'ils ne dépasseraient pas l'âge de trente-trois ans.
Dans le livre consacré à ses rapports tumultueux et posthumes avec son père, il s'était laissé aller à
parler des rapports plus divertissants qu'il avait entretenus avec un certain nombre de femmes auxquelles il avait plus volontiers pensé. Le héros se conduisait à rebours de l'éducation qu'il avait reçue. Les pages où il cédait à la fascination du péché de la chair ne seraient pas publiées de sitôt.
Il avait réintégré sa pièce, où personne d'autre que lui n'osait s'aventurer. Les rares visiteurs restaient à la porte et regardaient l'intérieur comme s'ils observaient un phénomène naturel, dans l'attitude stupéfaite de Livingstone découvrant les chutes du Zambèze. Cette pièce était un capharnaüm, un 
foutoir, un boxon.
Il n'avait pas la moindre idée de l'heure qu'il était. Il réalisa que la plus néfaste partie de son cerveau, quel qu'en soit le nom, écorce ou cortex, lobe, noyau, labyrinthe, hippocampe, venait de se 
réveiller avant le reste de son corps, même si, dans un corps comme dans une vie, rien n'est isolable de rien.
Catriona était née à Londres dans la fièvre psychédélique des années soixante. Ses parents l'avaient emmenée toute petite au fameux concert des Rolling Stones à Hyde Park, et elle prétendait qu'elle s'en souvenait. Maintenant, elle travaillait à Paris dans une boîte de publicité. Ils avaient dîné ensemble dans un restaurant italien, et en buvant de la grappa, elle lui avait dit qu'elle venait de perdre son père. Redoutait-il à ce point les pères qu'il choisissait inconsciemment de s'éprendre de femmes qui avaient perdu le leur ?
...
Maintenant, quand on me demande où je suis né, je réponds que je suis né dans le catholicisme. Les gens croient que je plaisante...
Dans ce cahier de lecture, je pars vaillamment à la recherche des figures de style, je déloge une hypallage, je débusque un zeugma, je me réjouis d'un paradoxe. J'ai réussi à détecter une anacoluthe chez Montherlant.
J'analyse un ouvrage de Georges Duhamel : dans des pages consacrées à Jean-Sébastien Bach, j'apprends l'existence du boogie-woogie. 
Pendant des semaines, je me pris pour Schubert et je rencontrais Massenet. Ce dernier me présentait à des chanteuses pleines de passion et de volupté. L'auteur de Manon et de Thaïs me jetait dans les bras de ses interprètes.
Je vais ranger ce cahier de lecture. Je ne veux pas que le jeune François m'envahisse...

Commentaires

  • Je me pris pour Schubert et je rencontrais Massenet. Pourquoi ne pas accepter un passé simple pour le deuxième verbe ? C'est aussi une action unique dans le passé.

    Au plaisir de vous lire.

  • Je me pris pour Schubert et je rencontrais Massenet. Pourquoi ne pas accepter un passé simple pour le deuxième verbe ? C'est aussi une action unique dans le passé.

    Au plaisir de vous lire.

  • Bonjour Madame Ghisdal, après réflexions et recherches, je viens de recevoir l'avis éclairé de Jean-Claude Bossut, champion de Belgique d'orthographe que je vous transmets. J'espère que cela répond à votre question: Bonjour,
    Voici la réponse à votre question :
    l'action n'est pas unique puisque l'auteur dit : "pendant des semaines". Puis il ajoute "me présentait" et "me prenait".
    Cette action s'est donc produite plusieurs fois, il y a répétition.
    Enfin, lors de la lecture, nous avons bien insisté sur le son "è" de l'imparfait.
    J'espère que cette justification satisfera votre lectrice. Merci pour l'intérêt que vous portez à nos publications
    Bien à vous. tournai.blogs.sudinfo.be
    JC Bossut

Les commentaires sont fermés.