Autres détails:Miss Tournai virée à cause d’une... voiture!

 

DSC_1424 copie - Copie.jpg

Maud, jolie infirmière en santé mentale de 25 ans, avait été élue le 7 mai.

Un litige au sujet de la voiture dont la jeune femme devait bénéficier pendant un an serait à l’origine du clash. Maud, infirmière spécialisée et Miss Tournai 2017, a été destituée. Elle est déjà remplacée par la première Dauphine du concours, Julie Tourret.

Julie Tourrez.JPG

«  C’est la première fois qu’une telle chose arrive à Miss Tournai  », regrette la présidente du comité, Corine Delesie. Depuis 25 ans, en effet, que la Tournaisienne est impliquée dans cette élection, jamais une jeune reine de beauté n’a dû être « virée ». «  Et j’étais même très fière de cela », ajoute Corine.

Jeudi pourtant, le comité a pris la décision de destituer Maud Mesplomb, âgée de 25 ans et élue Miss Tournai 2017 le 7 mai dernier, à la Halle aux Draps. La voiture dont elle devait bénéficier pendant un an est à l’origine du différend qui l’oppose au comité. «  Quand une jeune femme devient Miss  », précise Corine Delesie, «  elle bénéficie d’une série d’avantages, notamment la jouissance d’une voiture gratuite pendant un an. Maud y tenait et c’est bien normal, mais notre partenaire d’origine n’a pas mis le véhicule à disposition  ».

« C’est manquer de respect à notre partenaire »

Le comité Orgamiss aurait alors décidé de mettre un terme au partenariat avec ce premier concessionnaire, au profit d’un second, d’une autre marque. «  Maud le savait, nous étions allées ensemble chez le nouveau concessionnaire, elle devait récupérer la voiture qu’elle avait choisie, une belle petite sportive, dès son retour de vacances  ». Et pourtant, entre deux, le premier concessionnaire aurait finalement fourni la voiture promise à Maud : «  Mais il n’était plus notre partenaire…  », insiste la présidente, «  ce n’était donc pas envisageable que notre Miss Tournai roule dans ce véhicule  ».

Bref, la jeune femme a été rappelée à l’ordre : «  Elle a alors enlevé le lettrage sur la voiture, mais ça ne suffisait pas, c’était manquer de respect à notre partenaire  ».

Convoquée devant le comité, afin de s’expliquer, Maud Mesplomb aurait prétendu, d’après la présidente, que cela lui était égal, et qu’elle comptait garder la voiture «  et l’acheter au terme de son année de Miss  ».

Au départ, une mise à pied

Face à ce qu’il qualifie d’entêtement, le comité qui avait initialement songé à mettre la jeune femme à pied pendant deux mois – «  On la prive de sortie, dans ce cas  », précise Corine – et de lui interdire de participer à Miss province de Hainaut, a finalement sanctionné plus durement la jeune femme en la destituant purement et simplement. « Elle ne manifestait aucun regret, aucune envie de faire machine arrière », ajoute la présidente. «  Nous avons alors soumis au jury qui l’avait élu la possibilité de la faire remplacer par sa première dauphine. Ils ont tous été d’accord, à une exception près, d’autant que quelques points seulement les séparaient  ».

DSC_1686 copie.jpg

La présidente se défend de n’avoir pas su gérer le caractère bien trempé de la jeune infirmière : «  Au contraire, nos Miss ont toujours du caractère, c’est même indispensable pour faire face aux critiques qu’elles doivent parfois essuyer. Et j’appréciais Maud parce qu’elle était plus mature que la plupart des candidates, souvent âgées de 18 ou 19 ans. Mais elle ne veut en faire qu’à sa tête…  ». Jointe à plusieurs reprises par la rédaction, la jeune femme n’a pas donné suite à nos appels. Impossible donc de connaître sa version des faits. Elle est désormais remplacée par Julie Tourret, 21 ans, qui devient Miss Tournai 2017.

Une première «historique» pour le comité de Tournai

 

Julie prend le relais.

Sévère, le comité de Miss Tournai? « On n’a pas pris la décision sur un coup de tête », assure la présidente. « Cela a duré plusieurs semaines, jusqu’à ce qu’on propose au jury, qui est indépendant et avait élu Maud, de trancher ». Si cette décision est une première pour Tournai, Maud n’est pas la seule Miss qu’on prive de couronne. On se souvient de Marine Toussaint, Miss Luxembourg, virée pour un live Facebook dans lequel elle aurait critiqué ses concurrentes. Sans parler de Miss Belgique, Romanie Schotte, dans la tourmente pour un émoticône jugé raciste, qui a failli lui coûter sa place ou encore, Miss France 2008, Valérie Bègue, menacée à cause de photos jugées trop dénudées. Ces deux-là par contre, malgré des faits plus graves, avaient conservé leur titre.

Commentaires

  • C'est plutôt une question d organisation? Ne debons nous pas faire des arrangements avec les sponsors avant l election?
    Maud n est pas une victime d'une mauvaise gestion du comité?

Les commentaires sont fermés.