• PROBLEME DU TRANSFERT FRONTALIER DES DEFUNTS ENTRE LA BELGIQUE ET LA FRANCE

    LE BOURGMESTRE ff SE SOUCIE DES PROBLEMES DE TRANSFERT DES DEFUNTS ENTRE NOS DEUX PAYS LIMITROPHES

    Paul-Olivier Delannois, Député-Bourgmestre ff de Tournai, a interrogé mercredi dernier le Ministre des Affaires Etrangères, Didier Reynders, concernant la problématique du transfert des défunts entre la Belgique et la France

    Paul-Olivier 2 copie 2.jpgPaul-Olivier Delannois (PS): Monsieur le président, monsieur le ministre, je ne voudrais pas plomber l'ambiance en vous parlant de zinc et de mort, mais c'est quand même ce que je vais faire.

    Je viens vous faire part d'une vieille problématique qu'est le transfert transfrontalier des défunts entre la Belgique et la France.

    Vous le savez, de nombreux Français peuvent être hospitalisés en Belgique mais aussi y séjourner dans des maisons de repos. Le problème est que rien n'a été prévu pour faciliter le retour des défunts dans leur pays d'origine. Quand je dis que rien n'est prévu pour faciliter le retour des défunts en France, j'entends que les procédures sont compliquées et onéreuses.

    Pour les pays signataires du Traité de Strasbourg, dont la France et la Belgique font partie, le cercueil transitant d'un pays à l'autre doit être en zinc. En outre, le laissez-passer mortuaire est délivré par les autorités locales. Cela implique des démarches administratives lourdes et des coûts non négligeables.

    Si cette mesure est compréhensible pour des raisons sanitaires lors d'un trajet relativement important, elle semble inappropriée pour un trajet qui n'excède pas quelques kilomètres dans les zones frontalières. C'est d'ailleurs pour cette raison que depuis 1963, une simple autorisation suffit pour que les corps de défunts traversent les frontières au sein du Benelux. Mais alors pourquoi rien n'est-il prévu pour les petits trajets entre la Belgique et le France?

    J'ai appris via la presse que différentes démarches politiques ont été entreprises depuis 2010 afin de régler ce problème. Il semble qu'une convention bilatérale fasse actuellement l'objet de discussions au SPF Affaires étrangères. Nous en sommes apparemment au stade de l'analyse de la contre-proposition reçue par la France.

    Monsieur le ministre, où en est-on dans le dossier aujourd'hui? Avec-vous déjà analysé la contre- proposition donnée par nos voisins français? Les Régions et l'État fédéral se sont-ils déjà concertés sur cette problématique? Si oui, qu'en est-il ressorti? Pouvez-vous me donner un échéancier de l'avancement du dossier?

    Didier Reynders copie.jpgDidier Reynders, ministre: Monsieur le président, monsieur Delannois, ainsi que vous l'avez rappelé, la problématique est bien connue de mon département, puisque nous y travaillons depuis quelque temps déjà. Pour être précis, le 11 avril 2014, la Belgique avait soumis un projet de traité à la France. Le 24 avril 2015 – un an plus tard -, une contre-proposition française nous a été adressée.

    Cette contre-proposition française est actuellement examinée en concertation avec les services publics fédéraux compétents – Justice et Santé publique –, les trois Régions et la Communauté germanophone.

    Au cours des derniers mois, plusieurs réactions ont été reçues et analysées. Afin de formuler une réponse commune à la contre-proposition française, mes services préparent maintenant une réunion de concertation, qui devrait avoir lieu dans les meilleurs délais. J'espère que nous pourrons avancer de manière plus consensuelle dans cette matière que dans certains domaines commerciaux de protection des investissements; sinon, nous serons évidemment bloqués avant de pouvoir répondre à nos collègues français.

    J'espère qu'il y a une volonté de trouver des solutions dans chacune des Régions et en Communauté germanophone. Mais je peux vous assurer que nous ne manquerons pas d'aller de l'avant dans ce dossier, en tenant évidemment compte des différentes compétences que je viens d'évoquer. S'il le fallait, je proposerais à mon collègue français que l'on coordonne peut-être l'étape suivante. Il y aura en effet eu une proposition belge, une proposition française et une réaction belge. À un moment donné, il faudra peut-être aboutir à un certain nombre de choix concrets.

    Nous essayons donc maintenant de formuler une réaction belge à la contre-proposition française et, si possible, d'aboutir à un texte. Cela dit, je ne peux pas vous garantir que la position soit, pour le moment, unanime entre les différents départements fédéraux et les différentes entités fédérées.

    Paul-Olivier Delannois (PS): Merci, monsieur le ministre, pour votre réponse.

    J'espère que le bon sens va triompher. On parle souvent de l'Europe, mais je pense que ce sont des cas tout à fait concrets qui font que l'on y croit ou pas. Moi qui suis bourgmestre faisant fonction d'une ville située à la frontière, je puis vous assurer que c'est le genre de choses dont on entend systématiquement parler, pas nécessairement dans le cas que je viens d'évoquer. Il en va de même en matière de police, de conventions à conclure avec l'État français en ce qui concerne les zones de secours, etc. Nous sommes tous ici convaincus par l'Europe, mais nous avons aussi besoin d'exemples concrets.

  • Redécoupage électoral : une opportunité pour accueillir Lessines, Enghien et Silly en Wapi

               Véronique Waroux7.jpg La députée-sénatrice Véronique Waroux  est partisane de l'intégration des communes de Lessines, Silly et Enghien à la circonscription Ty-Ath,Mouscron.                                                        

     

     

     

    Une décision de justice récente incite le Parlement de Wallonie à revoir sa répartition de sièges par circonscription électorale. Cette décision constitue une belle opportunité de redéfinir le découpage électoral en Hainaut afin d’assurer une meilleure cohérence territoriale entre les bassins de vie des citoyens et la représentativité de leurs élus. Véronique Waroux, Sénatrice et Députée wallonne cdH de Wallonie picarde, attachée aux principes concrets d’Aménagement du Territoire, plaide en faveur de l’intégration des communes de Lessines, Silly et Enghien à la circonscription électorale de Tournai-Ath-Mouscron.

    Le vendredi 12 février, le Conseil d’Etat a annulé l’arrêté répartissant le nombre de sièges par circonscription électorale, estimant que les « petits » arrondissements de moins de quatre élus sont en contradiction avec le principe de proportionnalité. Le Parlement de Wallonie devra procéder à des aménagements pour le prochain scrutin régional. En Hainaut, l’arrondissement de Thuin est concerné.

    Comme son collègue et Chef de groupe au Sénat, François Desquesnes de l’arrondissement de Soignies, Véronique Waroux, Députée wallonne cdH de Wallonie picarde, estime qu’il s’agit d’une opportunité de rouvrir le débat sur le découpage électoral, en meilleure cohérence avec les réalités territoriales. En Hainaut, ce redécoupage permettrait de rééquilibrer certains pôles en adéquation avec les réalités humaines et économiques des territoires.  Ainsi, l’arrondissement de Soignies s’élargirait au bassin du Centre, tout en accédant à la volonté des communes de Lessines, Enghien et Silly de rejoindre leur bassin de vie « naturel » de la Wallonie picarde. Tant les affiliations aux intercommunales (Ipalle & Ideta), que les couvertures géographiques des médias locaux (No Télé, Courrier de l’Escaut, Nord Eclair et DH régionale) et les axes de communication (A8, lignes ferroviaires) plaident en ce sens. De plus, le rattachement de ces trois communes en Wallonie picarde offrira à leurs citoyens une meilleure représentation de leurs intérêts au niveau régional, par des élus disposant d’une connaissance de terrain de ces communes.

    Pour les habitants du triple arrondissement Tournai-Ath-Mouscron, Véronique Waroux est éminemment persuadée que l’intégration de Silly-Enghien-Lessines ne peut sembler que « naturelle » pour enfin constituer formellement le territoire économique et culturel de la Wallonie picarde. Il y a, selon elle, réciprocité de souhait de se rapprocher entre toutes les communes Wapi, comme l’indique les votes démocratiques de la majorité des élus des conseils communaux sur la motion réclamant cet attachement, et ce en dehors de calculs électoralistes de certains.

  • TOURNAI -  En résidence au Centre de la Marionnette  

     

     

    Ce mois de mars 2016 est synonyme de Marionnette! 

     

    Toujours dans sa mission de favoriser la jeune création en FWB, le Centre de la Marionnette de Tournai accueille 2 jeunes compagnies en résidence ce mois-ci : 

    - Géraldine Carpentier, avec la Cie Les Petits Délices

    - L'asbl O Quelle! 

     

    Les artistes et l'équipe du Centre de la Marionnette sont ouverts à toute visite et à toute question concernant ces résidences... vous êtes les bienvenues! 

     

    Marionnettiquement vôtre... 

     

    Pour le Centre de la Marionnette de la Fédération Wallonie-Bruxelles 

    Caroline Zucca

    Responsable de l'Accueil et de la Communication 

    rue Saint-Martin, 47 - 7500 TOURNAI

    +32(0)69 88 91 40 

    infos générales : maisondelamarionnette@skynet.be

    RP/presse : maisondelamarionnette@gmail.com

     

    e la Marionnette

     

    LES ENFANTS AUSSI ONT DES AILES

     

    Cie les Petits Délices (B)

    Marionnettes et Objets

    En résidence du 29 février au 4 mars 2016

    RESTITUTION PUBLIQUE

    LE 4 MARS 2016 A 18H00

    MA TACHE

     

    CP_résidences mars 2016.jpg


    Gare du Midi à Bruxelles. Devant moi, un Thalys pour Montpellier. Sur mon épaule, un sac de voyage. Je monte dans le train et tente l’expérience : je dépose mon sac et m’enfouis dedans. L’alarme du train retentit, les portes du train se refer­ment.

    Sept heures enfouie dans ce sac …

    Des dizaines d’images, et autant de sensa­tions étranges s’accrochent à moi : le roulis sourd du train, l’horreur des convois vers les camps de la mort, la clandestinité, l’angoisse d’être repérée, l’inconfort, les crampes, voir et entendre sans être vue …

    www.lespetitsdelices.be

     

     

     

    O Quelle asbl (B)

    Résidence marionnettes 2.jpg

                                                            Théâtre d’Ombres

     

    En résidence du 21 au 27 mars 2016

    RESTITUTION PUBLIQUE

    LE 25 MARS 2016 A 13H45

    Vous allumez d’un clic, la lumière est et vous obéit. N’est-ce pas divin ?

    De la lumière naît l’ombre, de l’ombre pour jouer, une matière sombre à modeler ...par la lumière. Notre héroïne en fait son terrain de jeu. Son imagination s’emballe, un autre per­sonnage apparaît...

    Qui est-il ? Est-ce elle ou une autre ?

    Est-ce que l’ombre existe pour elle-même ? Qu’est-ce qu’elle vient dire de soi ?

    Mais est-ce vraiment une ombre? Que vient-elle faire ici ?

    www.oqueldommage.be