Tournai

  • Quel est le devenir du Palais de Justice à Tournai?

     

    Hier, en Commission de la Justice, Paul-Olivier Delannois a posé une question au Ministre Koen Geens à propos de son Masterplan "Palais de justice" et les conséquences sur le paysage judiciaire tournaisien. 

    Question de M. Paul-Olivier Delannois au ministre de la Justice sur "le Masterplan bâtiments judiciaires et le palais de justice de Tournai"

    Paul-Olivier Delanois 5.jpgPaul-Olivier Delannois (PS): Monsieur le président, monsieur le ministre, le samedi 18 mars se tenait à l'hôtel de ville de Tournai la rentrée du barreau. Le bâtonnier y a tenu un discours très intéressant, mais surtout extrêmement interpellant sur les mesures prises par le gouvernement sur les matières liées à la Justice.

    Un point relatif à la suppression de certains lieux de justice pour raisons économiques a notamment été abordé et fait craindre le pire chez les citoyens tournaisiens. Plus spécifiquement, des interrogations sont émises sur le devenir du palais de justice de Tournai et un éventuel déménagement de certains lieux de justice de Tournai vers Mons.

    Dès mai 2015, je vous interrogeais sur la publication de votre Masterplan Bâtiments judiciaires. Dans votre réponse, vous m'énonciez très clairement que ce rapport serait disponible à partir de décembre 2015.

    Monsieur le ministre, nous sommes en avril 2017 et le dessin du futur paysage judiciaire n'a toujours pas été élaboré. Pourriez-vous me dire quand il sera établi? Des pistes liées au transfert de lieux d'audience de Tournai vers Mons sont-elles envisagées?

    Koen Geens.jpgKoen Geens, ministre: Monsieur le président, monsieur Delannois, en ce qui concerne la logique du Masterplan relatif aux bâtiments judiciaires, je renvoie aux réponses que j'ai déjà données précédemment à ce sujet.

    Vous comprendrez que la reconfiguration du paysage judiciaire - en ce compris, en l'occurrence, la répartition des bâtiments judiciaires - est une matière complexe et sensible.

    Elle est complexe parce que de nombreux paramètres doivent être pris en compte, et sensible parce que beaucoup d'acteurs sont impliqués.

    La réflexion est poursuivie. Il faut d'abord définir les principes généraux. Il est nécessaire de développer une vision à long terme et cela ne peut se faire dans la précipitation. J'espère, d'ici l'été, pouvoir être plus précis. Vous savez que les trois phases de la reconfiguration des justices de paix viennent de se terminer. En tout cas, toutes les décisions ont été prises et il convient maintenant de les exécuter au parlement et sur le terrain.

    Pour ce qui concerne les tribunaux de première instance, je prépare pour l'instant un plan dont vous faisiez état, en cours depuis un certain temps, qui s'appellera "Le tribunal de l'avenir" et dans lequel j'établirai très précisément comment je compte aborder cette problématique.

    Mais il ne faut rien craindre: nous n'allons pas nous précipiter. Je m'excuse de vous demander tellement de patience, monsieur Delannois, mais malheureusement, je n'y peux rien.

    Paul-Olivier Delannois (PS): Monsieur le ministre, je vous remercie de reconnaître ma patience. Vous me dites de ne rien craindre. Je vais vous prendre au mot. Mais il faut se mettre à ma place de bourgmestre faisant fonction.

    Je suppose qu'il n'y a pas de lien de cause à effet, mais juste avant les élections, M. Reynders, Mme Marghem et M. De Clerck ont amené des dragées de baptême, sur les fonds baptismaux. Un nouveau palais de justice allait être érigé. Le problème, c'est que malgré les dragées, nous n'avons jamais vu l'enfant. S'agit-il d'une portée d’éléphant? Ou y aura-t-il un jour un nouveau palais de justice?

    Nous avions déjà des plans pour une construction au quai du Luchet d'Antoing. Or, le dossier passe de la Défense nationale à la Régie des Bâtiments, pour retourner à la Défense nationale. Je pense que le nouveau palais de justice au Luchet d'Antoing est bel et bien enterré.

    Vous dites que c'est un dossier complexe, qu'il y a beaucoup de sensibilités. Je l'admets. J'espère en tout cas que vous prendrez ma sensibilité tournaisienne en considération. Je vous remercie.

     

  • LA PENSEE DU JOUR

    Le courage et la persévérance ont un talisman magique devant lequel les difficultés disparaissent et les obstacles s'évaporent. John Adams

  • Bien connaître les candidates au titre de Miss Tournai 2017

    Ludivine Quiquenpois

     

    Ludivine Quiquempois.JPG

     

    Ludivine est âgée de 18 ans et habite à Froyennes. Elle porte de numéro 5

     

    Quelles études poursuis-tu actuellement ? Qu’est-ce qui t’a poussée à choisir cette voie ? 

    Je suis actuellement en 6eme agent d'éducation à la Sainte-Union de Kain. Il me reste encore 3 ans pour devenir institutrice primaire. C'est un métier qui me tient à cœur car j'adore être en présence d'enfants, j'aime le milieu social. Au point de vue familial, je souhaite avoir une vie de famille stable dans un climat heureux

     

    Parmi tes cours étudies-tu les langues ?

    J'ai des notions de base en anglais, je connais des termes siciliens et je parle parfaitement le français, étant ma langue maternelle.

     

    As-tu des hobbies ou, tout simplement, comment passes-tu tes loisirs ?

    En dehors des études, je travaille à la pâtisserie Vienne la semaine et je vais régulièrement à Basic Fit, non pour les miss mais pour ma satisfaction personnelle. C'est très rare que des jeunes aiment visiter des musées ou des lieux de cultes mais moi j'apprécie cela. J'aime regarder les architectures, les sculptures, les finitions, les tableaux et beaucoup d'autres choses. Musicalement, j'aime de tout mais le meilleur reste les années 70-80.

     

    Comment décrirais-tu ton caractère, ta façon de vivre ?

    Je ne suis pas du genre casanier, je déteste rester à rien faire, il me faut bouger que ce soit pour aller faire les boutiques ou bien sortir pour apprécier la nature. Je ne force personne à m'accompagner mais je veille à toujours proposer. Je suis une fille très sociable et serviable, par contre, je suis très rancunière et naïve.

     

    Qu’attends-tu des autres à ton égard ?

    Dans cette aventure, je cherche à découvrir la personnalité de chaque personne que ce soit au niveau des candidates, sponsors ou membre du comité. J'aspire à ce que chaque personne soit honnête et ne pense pas trop à la compétition. Certes, c’en est une, mais il faut prôner le côté humain avant tout. Je déteste les personnes hypocrites, fausses et les ragots sans fondement.

     

    Que désirerais-tu le plus au monde dans toute la mesure du possible ?

    Si un génie venait à apparaître, je souhaiterais un monde sans guerre qui soutiendrait les plus démunis, éradiquerait la pauvreté et guérirait les maladies incurables, cancers…etc.

     

    Pour quelle raison t’es-tu inscrite à l’élection ?

    Je possède des amis qui sont là pour moi dans les bons comme dans les mauvais moments, une deuxième famille pour qui je suis prête à tout. Si je me suis inscrite à miss Tournai, c'est pour découvrir de nouvelles personnes, choses, mais aussi pour prendre de l'assurance en public et gagner en maturité.

     

    Une devise qui conduit ta vie ? 

    Ma devise est  "Ne laisse jamais les ombres d'hier obscurcir la lumière de demain".